samedi 20 mai 2017

Petits flans au matcha et au kuzu - Kuzu matcha pudding

Aller au Japon... voilà un rêve qui s'est réalisé.

 quartier de Shibuya

Voilà bientôt trois semaines que je suis rentrée en France et j'ai fini par reprendre mes marques (parce que c'est quand même embarrassant de s'incliner pour dire au revoir à la caissière du Super U...) Par contre, même si j'ai fini par troquer mon bol de riz du petit-déjeuner pour des ingrédients plus occidentaux, je continue de mettre de la sauce soja un peu partout et de boire du matcha latte presque chaque jour.

  Shinjuku et vue de Tokyo by night

Le plus dur reste tout de même le choc culturel... en rentrant ici ! Car voyez-vous, au Japon, tout est fait pour que vous vous sentiez bien et que les choses se déroulent sans encombre. On fait la queue pour attendre le bus ou le métro et personne ne se bouscule. On vous met un porte-parapluie à disposition à l'entrée des magasins pour que vous ne soyez pas gêné pour faire vos courses.

Un des temples de Nara

On ne fume que dans les endroits dédiés, de sorte que vous ne trouverez pas un mégot par terre dans la rue. Le métro est hallucinant de propreté (oui, station Opéra, je pense à toi !), tout comme n'importe quels toilettes et autres publics. On mange très bien, et pour pas cher, parce que même la petite gargote qui ne paye pas de mine propose des ingrédients qualitatifs. 

Arashiyama et sa forêt de bambous 

Et puis tout le monde est tellement poli, du commerçant qui vous accueille systématiquement d'un « irashaimase », au policier qui s'excuse pour la gêne occasionnée par des travaux sur le trottoir, en passant par la dame que vous bousculez malencontreusement qui répond à votre « sumimasen » (excusez-moi) par un « kochira koso, sumimasen » (non, c'est moi).

Gion by night, quartier des geishas de Kyoto
 jardin du pavillon d'argent à Kyoto

Alors forcément, en rentrant en France, on est un peu désabusé. Déjà à l'aéroport, en trouvant les toilettes pour dames souillés. Ensuite dans la rue, en marchant sur un mégot à chaque pas. Et puis, et puis... la liste est longue !


A défaut de pouvoir ramener le civisme des Japonais dans ma valise, j'ai pu y glisser quelques spécialités locales. De la sauce okonomiyaki pour commencer (parce que mélanger du ketchup et de la sauce soja, c'est quand même pas la même chose), des sachets pour préparer de l'ochazuke et un délicieux thé matcha.


Je l'ai utilisé pour réaliser ces petits flans façon pannacotta au lait de soja, à l'huile de coco et au kuzu. Ce dernier ingrédient est le petit secret pour apporter élasticité, liant et fondant comme aucune autre fécule. Comme tous les ingrédients japonais, il est coûteux – mais quand on aime... ;-)



Dans le panier de la Fée
pour 4 à 6 verrines

40 cl de lait de soja
100 g de sucre de canne blond ou 75 g de sucre de bouleau
40 g d'huile de coco éventuellement désodorisée
25 g de kuzu
2 c. à c. de thé matcha
½ c. à c. rase d'agar-agar

Délayer le thé matcha dans 50 ml de lait de soja. Réserver.
Verser le restant de lait dans une casserole avec le sucre, le kuzu et l'agar-agar. Mélanger soigneusement pour que le kuzu se dissolve. Ajouter l'huile de coco et porter à frémissements. Laisser épaissir la préparation (cela prend quelques minutes) puis incorporer le thé matcha dilué dans le lait. Replacer sur le feu 30 secondes puis répartir la crème dans des verrines.
Laisser complètement refroidir et placer au frais 6 heures au moins avant de déguster.

4 commentaires:

  1. De belles images tout en couleurs, le Japon est un pays magnifique et très propre. Les gens y sont effectivement bien élevés, respectueux de leur environnement et des gens. Aucun ne fera du mal à un animal, bien au contraire ils sont choyés comme des enfants. Lorsque je vais au Mont St Michel avec mes nounours, les japonais se retournent sur eux on sent qu'ils aiment vraiment les bêtes et les humains car le sourire et la salutation de la tête sont présents. En France nous avons goûté à cela mais malheureusement nous avons tout perdu depuis une trentaine d'années et ça ne fait que s'empirer. Personne ne fait ou ne dit rien c'est un massacre à petit feu qui perdure. J'ai honte de mon pays qui était si beau et bien entretenu avec des gens paisibles loin des attentats et des guerres. Je plains le futur de mes petits-enfants qui vont grandir dans une poubelle, laquelle le couvercle ne fermera plus jamais tellement elle se remplie chaque jour plus fort encore.
    J'ai la chance d'habiter dans un endroit merveilleux, quelque peu laisser propre hors vacances... Toujours est-il merci pour ce moment d'évasion qui me ramène quelques années en arrière. Je me sauve mon souffle bavard prend de l'ampleur. Bonne fin de journée

    RépondreSupprimer
  2. Oups désolé, j'ai complètement oublié la recette que j'apprécie beaucoup et peu commune.

    RépondreSupprimer
  3. Quelle chance tu as eu de pouvoir visiter le Japon... c'est mon rêve aussi! Merci pour tes photos si belles qui donnent une bonne idée de l'ambiance qui règne là-bas. En ce qui me concerne, je ne suis pas fan de thé matcha (sans doute parce que je n'en ai jamais goûté du bien préparé, mais je suis sûre que l'on peut adapter ta recette à d'autres parfum...). Et petite question, c'est quoi l'ochazuke? Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  4. Un article emplein de souvenirs et de dépaysement !
    Ces petits flans semblent tout délicieux.

    RépondreSupprimer

Ajoutez un souffle bavard...