mercredi 11 juin 2014

Crèmes au coquelicot, cerises confites et pétales cristalisés - Poppy custards with caramelized cherries and candied petals

Je me rends compte que c'est un peu Fleurs en Cuisine, volume 2 sur le blog en ce moment (et ce n'est pas fini...) :-) Promis, la semaine prochaine ce sera du salé et du sans fleurs !
Ok, I do realize it's like Fleurs en Cuisine, volume II on this blog lately (and it's not over yet) :-) But I promise that next week I am going to publish a savoury, flowers-free recipe!

Mais en attendant, vous prendrez bien une cuillerée de ces petites crèmes au coquelicot, à l'amande et aux cerises ? Si vous n'avez jamais goûté au coquelicot, vous verrez que sa saveur est très discrète, légèrement herbacée, et que le principal intérêt de cette fleur est son étonnant pouvoir colorant en pourpre/violine, malgré des pétales d'un beau rouge vif.
But till then, how about trying these little almond milk custards with poppies and cherries? If you've never tasted poppy so far, you'll notice its flavour is very discreet, slightly "green", its main utility being that it gives the food a surprisingly purple color, even if its petals are light red.

N'hésitez pas à augmenter un peu la quantité de sirop d'agave si vous utilisez des cerises sauvages, plus acides.
Feel free to add more agave to the cherries if you use a wild, acid variety.

    photo : Myriam Gauthier-Moreau

Dans le panier de la Fée
pour 4 personnes

50 cl de lait d'amande
10 fleurs de coquelicot
3 c. à s. de sucre de bouleau
2 belles c. à s. de fécule de maïs
1/2 c. à c. d'extrait d'amande amère
200 g de cerises
1 c. à c. rase d'huile de coco
2 c. à s. de sirop d'agave
4 à 8 pétales de coquelicots cristallisés (pétales enduits de blanc d’œuf au pinceau, roulés dans du sucre de bouleau ou de canne blond, et laissés sécher 24 à 48h)

Porter le lait d'amande à frémissements, ôter du feu et y faire infuser les pétales de coquelicots, à couvert, pendant 20 minutes environ. Filtrer, ajouter la fécule de maïs en pluie, le sucre de bouleau et fouetter vivement. Remettre sur le feu jusqu'à ce épaississement, ôter du feu et ajouter l'extrait d'amande amère. Répartir la préparation dans 4 ramequins et réserver au frais.
Dénoyauter les cerises et les couper en deux. Faire chauffer l'huile de coco dans une poele et y faire dorer les cerises pendant 20 minutes environ à feu moyen. Ajouter le sirop d'agave et poursuivre la cuisson pour 2 minutes supplémentaires, sans cesser de remuer. Laisser tiédir quelques instants puis répartir les cerises confites sur les crèmes refroidies, décorer chaque ramequin d'un ou deux pétale(s) cristallisé(s) et servir aussitôt.

Ingredients
serves 4

2 cups almond milk
10 poppies
3 tbsp xylitol
2 heaping tbsp corn starch
1/2 tsp almond extract
3/4 cup cherries, pitted
1 tsp coconut oil
2 tbsp agave nectar
4 to 8 candied poppy petals (brush petals with egg white, roll gently in xylitol or superfine cane sugar, and let dry for 24 to 48h) 

In a saucepan, bring the almond milk to a boil, remove from the heat and add in the poppy petals. Cover with a lid and let brew for about 20 minutes. Strain the milk through a sieve and whisk in the corn starch and xylitol. Bring to a boil again until the mixture thickens. Remove from the heat and add in the almond extract. Divide the mixture into 4 ramekins and let cool in the fridge.
Cut the cherries in halves and sauté them with the coconut oil in a hot skillet, for about 20 minutes. Add in the agave nectar and cook for 2 more minutes, stirring constantly. Let cool a few minutes and top the custards with the warm cherries. Decorate each ramekin with 1 or 2 candied petal(s) and enjoy.

21 commentaires:

  1. C'est délicat et très frais, un vrai bonheur en bouche j'imagine.

    RépondreSupprimer
  2. La cerise va à merveille. C'est quand même drôle de ne pas y avoir penser plus tôt. Et si peu de fleurs pour faire la différence entre le sirop de coquelicot typique du Nord un peu vieillotte et ta version jeune et fraîche.
    Question idiote : où trouver le sirop de bouleau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sucre de bouleau, qu'on nomme aussi xylitol, se trouve facilement en ligne, souvent en magasin bio aussi. On peut le remplacer par du sucre de canne dans cette recette.

      Supprimer
    2. Merci, il se trouve en fait au rayon super aliments si j'ai bien comprit.

      Supprimer
    3. Ha oui, c'est bien possible ! :-)

      Supprimer
  3. Oh zut, j'avais écrit un petit comm mais il n'apparaît pas... un bug de mon ordi probablement...
    Je te disais que je ne savais pas trop où trouver des fleurs pas trop souillées par la pollution ici (je vis en ville). Du coup tu m'as donné l'idée d'une "vadrouille" à la campagne le week-end prochain. Et je vois déjà la tête du chéri en ramassant des fleurs... pour les manger !! ;-)
    Belle journée Géraldine
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Anna ! Pour cueillir des coquelicots en ville, la précaution consiste à éviter les coins à pipi des chiens. A la campagne, méfie-toi des champs de blé où se nichent les coquelicots, ils sont cultivés et arrosés de pesticides et malheureusement les fleurs n'y échappent pas plus que le blé... L'idéal étant de trouver un coin où ils poussent un peu à l'écart. Après, pour la pollution, faut pas rêver, on ne peut pas faire grand chose... Belle journée à toi et des bises gourmandes ! :-)

      Supprimer
    2. Oh oui beurk les champs de blé... j'y avais pensé à bannir cet endroit... :-(
      Je pensais aller jeter un œil sur les bords de la Loire, là ça devrait "le faire" !!
      Je te dirai...
      Merci pour tes petits conseils.
      Bises

      Supprimer
  4. ça a l'air délicieux et les jolies photos rendent toujours vraiment hommage à tes créations! Tiens, j'ai acheté ton dernier livre, je me réjouis de le découvrir et d'en tenter pleins de recettes à mon retour à Oslo...en ce moment, je mets les pieds sous la table en famille et c'est bien aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis vraiment ravie que Myriam collabore avec moi maintenant ! Çà donne une tout autre dimension aux recettes, parce qu'on mange avec les yeux en premier, pas vrai ? ;-) J'espère que les recettes du bouquin te plairont. Et profite bien des petits plats que tu ne cuisines pas, c'est reposant, je suis bien d'accord !

      Supprimer
  5. Tout simplement sublime. Je n'ai jamais utilisé les fleurs de coquelicot en cuisine, j'en ai juste fait sécher l'année dernière pour faire des infusions.
    Il me reste quelques cerises...je crois que je sais comment les utiliser
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Juliette ! J'espère que la recette te plaira :-) Belle soirée à toi !

      Supprimer
  6. Ahh je n'avais pas encore songé à cristalliser les pétales de coquelicots, justes les fleurs de bourraches ( http://www.cuisinetcigares.com/article-concours-mm-37-muffins-a-la-gelee-de-coquelicot-dans-son-ecrin-de-petale-champetre-118299741.html ) ! Mais par contre, j'ai réalisé une gelée de fleurs de coquelicot, et je dois bien reconnaître qu'elle a un bon goût "champêtre" ! lol ! il est vrai également que sans l'intervention du citron, la couleur vire au violet ;-) La nature me surprendra toujours ! Merci !
    Belle soirée à toi ! mais je ne partirai pas sans t'avouer ô combien tes crèmes au coquelicot sont d'une gourmandise extrême ^^
    Bravo à Myriam pour les clichés !
    Sandy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà croisé des recettes de confit de coquelicot, mais comme la fleur n'a pas un goût marqué, je préfère réalisé d'autres recettes avec ! ^^ Je retiens l'astuce du jus de citron, je ne savais pas ! Bell journée à toi :-)

      Supprimer
  7. Oh la la lala... Mais j'avais pas vu ça!! C'est juste trop trop trop... trop tout quoi! Trop gourmand trop beau et trop ceriiiiiiise oui... ça y est je suis dégoutée qu'il n'y ait plus de cerises face à ce magnifique spectacle! Toujours aussi belles les photos de Myriam! Tu es tout le temps fourré avec elle maintenant dis donc, quelle chance! :-) Bisous

    RépondreSupprimer

Ajoutez un souffle bavard...