jeudi 19 juillet 2012

Tartelettes rustiques aux myrtilles à la Kim Boyce

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais à mes yeux profiter pleinement des fruits de saison se résume à les consommer le plus simplement possible : natures, peu sucrés, en compote, en crumble ou encore en confiture.

Dans cet esprit minimaliste mais gourmand, les tartelettes sans moule de Kim Boyce avaient tout pour me séduire : une teneur réduite en gluten grâce à la farine et à la semoule de maïs, et un look rustique vraiment chouette... Bon, je vais être franche, la pâte n'est pas la plus facile du monde à étaler et à façonner. Mais le résultat en vaut vraiment la peine : je trouve l'ajout de polenta génial pour donner du croquant à la pâte, même quand celle-ci est détrempée par le jus rendu par les fruits.
La recette est adaptée de l'ouvrage Good To The Grain (récemment traduit en français et paru aux éditions La Plage), petit trésor d'inventivité qui propose des recettes intégrant un large éventail de farines différentes (quinoa, avoine, amarante...) et que je vous conseille vivement si vous êtes fan de pâtisserie bio. Ce sont d'ailleurs ces fameuses tartelettes qui sont en couverture.


Dans le panier de la Fée
pour 8 tartelettes

pour la pâte à tarte

130 g de farine de maïs
110 g de farine de petit épeautre
75 g de sucre brun
100 g de polenta
1/2 c. à c. de sel
50 g de beurre fondu
1 œuf
5 à 6 c. à s. d'eau

pour la garniture

250 g de myrtilles
4 c. à s. de sucre brun

Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients secs de la pâte. Ajouter l'oeuf battu, le beurre fondu et enfin l'eau, une cuillerée à la fois. La pâte doit être souple et non collante.
Diviser la boule de pâte en 8 portions égales. Ensuite, le plus simple est de les disposer bien espacées sur une feuille de papier cuisson et de les étaler ensuite au rouleau, avec l'aide d'une paire de mains supplémentaire pour maintenir le papier cuisson en place.
Garnir chaque fond de tarte de myrtilles et rabattre les bords de la pâte par-dessus. Ajouter
éventuellement plus de myrtilles une fois la forme donnée, et saupoudrer de sucre.
Enfourner 35 minutes environ à 180°C. Déguster encore légèrement tiède !

11 commentaires:

  1. Ce qui est bien avec les myrtilles, c'est qu'elles laissent une quasi-indélébile trace de leur passage : dents et langue bleues assurées ! :)
    Au passage, je retiens ton conseil concernant la polenta.

    RépondreSupprimer
  2. Mmm j'aimerais bien goûter! Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  3. Très jolies tartelettes :-)
    J'adore le côté "roost" de cette recette (surtout les farines dedans), je trouve ça super chou (et appétissant).

    En revanche, j'ai aussi acheté ce livre, et j'en suis très déçue (et le mot est très faible...).
    Beurre, crème fraiche, oeufs... Ou est l'aspect "bio" du livre dans tout ça ? Mis à part qu'il s'agit de farines bio, les recettes le sont peut être, mais pour le coup, elles ne sont pas du tout saines.
    Une grosse déception pour ma part, même si, je dois bien l'avouer, les recettes sont sympas (leur concept), je n'ai pas du tout accroché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton point de vue et c'est vrai que mon accroche (et celle de la version française) qualifiant ce livre de pâtisserie bio n'est pas tout à fait juste, il vaudrait mieux dire que c'est un livre idéal pour découvrir les farines bio.
      C'est vrai que les recettes requièrent beaucoup de sucre et de beurre et de ce point de vue là ne sont pas saines. Du coup on peut s'étonner du choix de l'éditeur (La Plage) qui d'ordinaire publie des recettes orientées végétariennes et diététiques, excluant à de rares exceptions près le beurre et les produits laitiers. Et là je comprends d'autant mieux ta déception.

      Après, à mes yeux, bio ne veut pas forcément dire sain, pas plus que végétal. Pour preuve qu'on peut acheter du beurre bio et du poulet bio. La cuisine bio est pour moi un petit mélange de tout ça : privilégier les ingrédients végétaux mais pas que, les purées d'oléagineux mais aussi du bon beurre AOC, les produits fermiers pour ce qui est des laitages et de la viande, des œufs bio (pour le coup) ou Label Rouge... Je rejoins pas mal la cuisine de Marie Chioca, pour te donner une référence, en particulier son dernier ouvrage "Le goût du bio".

      Mais je reviendrai sur ce choix d'ingrédients de qualité dans un prochain billet...

      Supprimer
  4. De délicieuses petites tartelettes avec une vrai pâte gourmande absolument exquise ! Les petits fruits de saison avec sont un vrai festival pour les papilles
    @Mely: bio ne veut pas toujours dire light, végétarien ou autre, ça veut juste dire... bio :). Ce qui n'interdit pas de se faire un peu plaisir de temps à autre avec des associations gourmandes.

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,
    Ces tartelettes ont l'air vraiment appétissantes. Cléa aussi a parlé de ce livre de façon si convaincante que j'étais tenté de l'acheter presque les yeux fermés. A ce qu'en dit Mély je vois qu'il va être difficile de "végétaliser" les recettes sinon les dénaturer. Ceci dit je suis d'accord que bio ne veut pas dire forcément sain et diététique et que ce faire plaisir de temps en temps ne fait pas de mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christel ! En effet, le livre n'a d'ingrédients bio que les farines utilisées, mais il n'est pas trop difficile de les végétaliser. Par exemple, pour cette recette, je n'ai pas mis la crème fraîche listée dans les ingrédients de la pâte à tarte. Il doit aussi être possible de remplacer le beurre par de la margarine végétale ou de la purée d'amandes blanches. Par contre, pour les œufs, je sèche un peu...

      Supprimer
  6. je suis d'accord avec toi sur le coté bio qui a été galvaudé en "sain et diététique" ce qui est faux. Je mange bio mais pas diététique. Tu peux te gaver de biscuits bio, cela n'a rien de diététique.

    RépondreSupprimer
  7. J'adore le livre de Kim Boyce que j'aime sortir régulièrement de ma biblitothèque. J'aime le côté "rustique" de ces recettes, toujours créatives, et le mélange des farines, parfois étonnante. Même si sa pâtisserie comporte du beurre, du sucre en grande quantité, elle a le mérite d'explorer un thème qui n'est pas encore trop abordé dans les livres de cuisine. Et pourquoi pas, occasionnellement, se faire plaisir avec du beurre et du sucre ? Enfin, c'est mon choix ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis un peu "revenue" car même si les recettes m'inspirent, il n'est pas toujours possible de faire l'impasse sur la farine de blé, qu'elle utilise dans quasi toutes les recettes (et que je tolère mal)... Tu as bien raison, c'est bon pour la santé de se faire plaisir, alors que psychoter et culpabiliser ne l'est pas ! ;-) j'ai une approche anti-dogmatique de la cuisine et de l'alimentation, il faut rester ouvert, piocher des idées un peu partout et surtout, manger ce qui nous convient personnellement. Et puis, soyons honnêtes, rien ne remplace le goût du beurre, surtout cru et bio, c'est inimitable... Un de mes péchés mignons, c'est le kouign amann ! ;-)

      Supprimer

Ajoutez un souffle bavard...